fbpx
kelcie-gene-papp-1187857-unsplash

Airbnb: La fête est finie!

Une nouvelle réglementation

Après Paris, c’est au tour de Nice de freiner l’investissement locatif de courte durée. Cette nouvelle rélgementation semble avoir un double objectif : préverser une offre de logements permanents accessible à titre de résidence principale et contrôler la flambée des prix de l’immobilier dans le centre de Nice.

Désormais, depuis le 26 décembre 2018, pour toute exploitation de logement* en courte durée (type Airbnb), une seule autorisation temporaire sans compensation d’une durée de 6 ans non renouvelable (non fractionnable) peut être accordée par propriétaire (une seule autorisation par foyer fiscal).

*en tant que résidence secondaire.

Le régime de compensation

Au-delà de 6 ans, ou à partir du deuxième bien, les propriétaires désireux de poursuivre ce type d’exploitation seront soumis  au régime de compensation.

La compensation consiste en la transformation en habitation de locaux ayant  un autre usage que d’habitation.

Ainsi, les multi-propriétaires de logements exploités en location courte durée se trouvent pris au piège ! Le principe de compensation étant un procédé très lourd et très couteux.

Une stratégie d’investissement à revoir

Prochainement, ces multi-propriétaires seront donc contraints de modifier leur stratégie de location. Or, nombreux sont les multi-propriétaires ayant fraîchement achetés grâce au taux bas. La plupart d’entre eux se retrouvera très prochainement bloqué car leurs investissements ne seront plus rentables ou auto-financés.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les dernières réglementations pour la location de courte durée, vous pouvez télécharger gratuitement ci-dessous la délibération du 21 décembre 2018 énumérant le nouveau règlement et les nouvelles conditions pour la ville de Nice.

Partagez le post
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Partagez avec vos amis: